Kayak Black Pearl

Le kayak Black Pearl est dessiné, par Bjorn Thomasson. C’est un kayak inspiré des kayaks de l’Est du Groenland. Comme les kayaks traditionnels, le dessin est adapté à la morphologie du pagayeur. Donc les plans sont modifiés pour chaque personne. J’ai reçu, mes plans personnalisés, il y a déjà quelque temps. Avant de construire, j’ai du faire un agrandissement de mon espace de travail, ce qui a pris un peu de temps. Plan, permis de construire, délai de recours de 2 mois, construction…etc.

Mais maintenant tout est en place.

J’ai commencé, par la construction des couples. La construction du kayak sera en strip planking. Nouvelle technique pour moi.

Après avoir fait des copies de mes plans, j’ai collé le dessin des couples sur un CP. Découpe grossière à la scie sauteuse, puis fine à la scie à ruban, équerrage et finition à la ponceuse à bande d’atelier.

J’ai aussi découpé le gabarit qui servira à faire l’hiloire du cockpit.

Ce matin 6Mai, fabrication d’un lamellé-collé, pour l’hiloire du cockpit. Découpe de 3 bandes de CP de 1.6mm, cintrées et collées sur le gabarit, préparé avec des trous pour les serre-joints.

Et aussi, le même jour, réception par transporteur du bois pour la construction du kayak. C’est du paulownia, un bois de très faible densité. Il n’y aura plus qu’à débiter les lattes de 20mm*5mm… Un peu de boulot pour la scie circulaire de table. Mais j’attends de recevoir mes servantes à rouleaux pour soutenir les lattes de 3m, pendant la découpe.

Ce matin 7 Mai, j’ai enlevé les serre-joints, poncé les bavures de colle, et arrasé  les bords.

J’ai testé les dimensions de l’hiloire (38*52), en l’enfilant par les pieds….c’est bon, je rentre!  😉

Hier, ayant finalement reçu les servantes à rouleaux, j’ai pu couper en 2 mon bastaing 20*4 , pour faire mon chantier de montage.

Cette après-midi, je me suis attaqué, donc au montage de ce chantier. Je vais peut être monter la structure avec les couples avant de débiter les lattes. Cela me permettra d’ajuster les longueurs de latte nécessaires en mesurant directement sur le chantier. Je dois de toute façon rabouter mes lattes, car les planches de paulownia sont de 3m.

J’ai décidé de faire un chantier qui a déjà un peu une forme de kayak. Les 2 longerons sont écartés par le milieu, et les extrémités se rejoignent. Pas de souci….en principe, c’était sans compter la piètre qualité du bastaing de PointP. En cintrant, un côté avait une telle crevasse, qu’il était prêt à casser en deux…. Grrr

J’ai donc collé, 2 morceaux de CP de chaque côté du point de rupture, et j’ai réussi à finir le chantier. J’ai ensuite découpé toutes les traverses, qui vont supporter les couples. Ca avance.

Aujourd’hui, préparation pour le montage des couples. Fixation de toutes les traverses qui vont les supporter, et réglage d’écartement à 41cm.

Ensuite fixation sur chaque couple, d’une baguette qui est calée sur la ligne de flottaison. Cela permettra d’aligner les couples sur l’axe longitudinal et de régler aussi l’axe transversal avec un niveau. L’alignement de tous les couples se fera par un bout de 2mm qui va passer à travers tous les couples.

Samedi 15 Mai. Après avoir préparé tous les couples en vissant un support permettant de les positionner sur les traverses du chantier, j’ai attaqué le montage.

Tout d’abord, il a fallu enfiler tout les couples sur le petit bout rouge d’alignement .La couleur n’a aucune importance…   😉

Première mise en tension, tout se redresse. Maintenant, il faut prérégler grossièrement le positionnement en fixant les couples avec des pinces. Une fois tout cela approché, j’ai mis 2 serre-joints pour tenir chaque couple. Ensuite avec de la patience et de la méthode, on arrive à aligner tout ça correctement. Les baguettes sur la ligne de flottaison, avec une grande règle, fonctionnent très bien pour avoir un alignement parfait, à droite comme à gauche. Ensuite il suffit de remplacer les serre-joints par des vis, et on a un squelette de Black Pearl. Quand même, une grosse après-midi de boulot.

Aujourd’hui, c’est Dimanche. Travail sur la proue et la poupe, pour découper et ajuster, les 2 pièces de bois qui vont permettre d’assembler les lattes.

Toutes les baguettes de réglage sont enlevées. Nettoyage et préparation du chantier, pour la découpe des lattes demain. La scie circulaire, c’est un peu bruyant le Dimanche!

Voila, c’est le jour! Le jour du débit!

Pas de du débit de boisson!

Le débit des lattes. Tout étant prêt, depuis hier, finalement, cela c’est bien passé. Une petite matinée, et 1/2h en début d’après-midi. Le paulownia, assez tendre se coupe comme du beurre. La machine doit aussi y être pour quelque chose. Avec les servantes à rouleaux, ce n’est que du bonheur! Au final 250m débités!

Ensuite, j’ai fait une petite modif, pour donner plus de volume à l’étrave, et à la poupe, pour avoir au moins l’épaisseur d’une latte en hauteur.

Puis j’ai masqué les chants des couples, pour éviter que de la colle, ne compromette la suppression des couples temporaires.

Ensuite, j’ai fixé des baguettes pour positionner les lattes en hauteur, et en tenant compte à l’arrière à l’angle qui permettra de raboter ensuite à plat. Le pont arrière est plat, ce n’est pas le cas sur l’avant qui est arrondi.

Pour finir, j’ai fabriqué un système à scarf pour assembler les lattes de 3m. Ca fonctionne impeccable.

Donc j’en ai profité, pour abouter 4 lattes ensemble. Il faudra que je modifie, mon système pour augmenter la productivité de mes assemblages. 4 lattes par jour,ça va durer un moment…..   🙁

Cette après-midi, pose des 2 premières lattes. Pas de problème. Ca file bien. Fixation temporaire avec des agrafes. les baguettes sont collées sur la proue et sur la poupe.

J’ai fait aussi pas mal de scarfs avec mon installation. J’ai aussi cogité, à une solution, pour abouter ensemble plus de 4 lattes. Une planche, des clous, et le tour est joué! 16 collages possible en même temps!

J’ai testé déjà avec 12 lattes.

En prévision du montage des lattes suivantes, j’ai dessiné vite fait ce matin avec Freecad,  des cales pour tenir les lattes avec des pinces ou des serre-joints. Un petit coup d’imprimante 3D, et voila 20 cales fabriquées.

19 Mai, petit boulot aujourd’hui.

Ce matin, en défaisant ma planche avec tous mes scarfs, 2 ou 3 seulement ont résisté au traitement de torsion et flexion pour les enlever. Je vais devoir faire autrement. Après une réparation du kayak d’un copain, j’ai fini la journée en collant 2 autre lattes. Collées sur toute la longueur à la PU. Deux autres seront prêtes pour demain.

20 Mai.

Une nouvelle latte posée de chaque côté. Préparation ce matin, de 2 nouvelles lattes collées ensemble.

Cette fois, j’ai collé le scarf à l’époxy.

Ensuite jardinage….

Cette après-midi, travaux sur mon kayak Ilaga, puis ensuite avec ma planche à clous, préparation pour demain de 6 nouvelles lattes de 6m. La encore collage à la résine époxy épaissie. Je pense que ensuite je pourrais faire des lattes de 4.50m soit une latte de 3m avec 1/2 lattes de 3m.

21 Mai. Les lattes collées hier, à l’époxy, n’ont pas bougé, quand elles sont sorties de ma planche à clous. C’est donc la solution.

J’ai maintenant quelques lattes de 6m d’avance.Et au final, ce matin, 2 nouvelles rangées de lattes posées.

Cette après-midi, 2 nouvelles lattes en place. Encore 1/2 latte, et je suis au bouchain.

Donc pour finir, préparation de 6 nouvelles lattes de 4.50m et 2 *1/2 lattes de 4.50m.

22 Mai. Je n’ai pu travailler sur le chantier que en fin d’après-midi.

Ce matin, j’avais retiré un bon nombre d’agrafes, une fois la colle PU sèche. Et donc ce soir, j’ai ajouté les 2* 1/2 lattes manquantes pour arriver au bouchain.

Dimanche 23 Mai.

Ce matin, j’ai raboté de chaque côté, la dernière latte posée, pour affleurer avec le fond de coque. Un beau tas de copeaux, par terre. Ensuite, j’ai retiré encore des agrafes et j’ai gratté les surplus de colle au grattoir.

Cette après-midi, pose de la première latte de fond de coque. C’est un peu torturé à chaque extrémité.Il faut aider avec de petits bouts.

Lundi 24 Mai.

Ce matin, j’ai joué du rabot, pour affleurer la première latte de fond avec le bordé.

Encore un joli tas de copeaux.

Cette après-midi, pose d’une deuxième latte de fond. Les pointes viennent plus facilement, mais il y a encore du travail d’ajustage au rabot , pour bien joindre les 2 lames au milieu. Ensuite préparation de nouveaux collages de scarfs, pour les lattes de demain et après-demain.

Mardi 25 Mai.

Le fond continue de prendre forme. Ce matin rabotage des 2 lattes de fond pour bien les aligner. Ensuite pose de 2 autres lattes. J’ai dû mettre des cales pour que les lattes filent bien.

Ensuite cette après-midi, pose de 2 lattes dans l’axe, pour bien marquer la ligne de quille  et l’axe du kayak.

Mercredi 26 Mai.

Et deux nouvelles lattes ajoutées. Ce sont encore des lattes scrafées. Les prochaines pourront être directement prise dans les lattes de 3m.

Jeudi 27 Mai.

Ce matin, grosse avancée, sur mon chantier! Je suis reparti des 2 lattes de quilles parallèles et je suis remonté, latte par latte, jusqu’aux dernières lattes qui suivaient la courbe de bouchain. Il y a pas mal de découpes avec de long sifflets, mais cela se fait bien. La scie japonaise pour ce genre de travail est indispensable et idéale. Ajustement avec un léger coup de rabot, et petit à petit, j’en suis venu, à fermer la coque!

Le collage sera pour demain, j’ai préparé des lattes protégées, par un scotch, pour aligner par en dessous mes collages. Il fait beau, et donc je vais partir esquimauter avec mon Ilaga!

Vendredi 28 Mai 2021.

Hier soir, j’avais préparé la mise en collage des dernières lattes. J’ai fabriqué des supports additionnels entre chaque couple, pour que les lattes filent bien. Peut être pas nécessaire, mais ça ne peut pas nuire. Ces lattes seront tenues en place par un point de colle à chaud. En préparation de la suite, j’ai aussi préparé des cales à poncer.

Donc ce matin, derniers collages. Pas de souci particulier, et à 11h, la coque était entièrement collée.

Samedi 29 Mai.

Ce matin, agrafes enlevées, puis débordement de colle grattée.

Cette après-midi, ponçage! J’ai commencé avec ma cale à poncer…mais j’ai testé ma ponceuse orbitale avec un grain de 40…et bien ça change tout! Très efficace, en maîtrisant avec légèreté, la machine. C’est parfait!

Un coup de cale à poncer, pour lisser la coque ensuite.

Puis pose des extrémités rapportées, étrave et poupe. Collage à l’époxy.

Ensuite enduit époxy maison facilement ponçable sur la coque.

De plus mon enduit est exactement de la même couleur que le paulownia.

Dimanche 30 Mai 2021.

Ce matin, ponçage de la coque, et mise en forme de la proue et de la poupe. Travail avec wastringue et cale papier de verre. Le paulownia, finalement se travaille très facilement. J’ai aussi réalisé l’arrondi du bouchain, rabot et papier de verre.

Quelques retouches à nouveau d’enduit, et après un léger ponçage demain, la coque sera prête à recevoir son tissu de verre.

31 Mai 2021.

Après avoir poncé et réenduit ce matin, quelques zones, j’ai pu ce soir, poncer une dernière fois, avant de passer une couche légère d’époxy sur toute la coque pour imprégner le bois uniformément. Cela permettra à partir de demain, après encore un coup de dépolissage, de stratifier mon tissu. Toutes les zones étant imprégnées avant, il n’y aura pas de manque par absorption de la résine par le bois nu.

1er Juin 2021.

Pose du tissu ce matin sur la coque et découpe du surplus le long des bords du kayak.

Cette après-midi, tout étant prêt, j’ai lancé l’opération stratification de l’extérieur de la coque.

Fait avec ma résine Sicomin préférée, teintée en noir pour le côté « Black Pearl »…. Tout s’est bien passé, pas de problème.

2 Juin.

Ce matin, un léger dépolissage de la surface, puis j’ai coupé les dépassements de tissu.

Cette après-midi, une deuxième couche de résine teintée pour faire disparaître la trame du tissu. Pas évident, pour charger sans coulures.

Par contre mon pinceau large de 80mm est parfait….et il ne perd pas trop ses poils!

Samedi 5 Juin.

Hier, ponçage de la coque à la main en attendant de recevoir mes disques à poncer.

Reçu aujourd’hui. Donc ponçage grain très fin, à l’orbitale; et ensuite une nouvelle couche d’époxy noire, mais diluée. Beaucoup plus facile à appliquer, et en utilisant moins de produit.

En même temps fabrication du sandwich bois pour faire les futures 2 cloisons.

Dimanche 6 Juin.

C’est le grand jour! Retournement de la coque. Bon, c’est plus facile qu’un voilier en construction!

Démontage des cales qui fixaient les cloisons. Pour poser les supports qui vont recevoir la coque, j’ai posé la coque sur 2 cartons Sicomin…

Ensuite retournement, ajustage et positionnement d’une troisième forme pour soutenir la coque. Ce n’est pas bien lourd….   😉

Ensuite, pose de scotch un peu partout pour éviter que ça colle quelque part. Je vais changer de technique et coller les lattes en passant de l’époxy sur les liaisons entre lattes. Technique préconisée par l’architecte. La colle PU est tellement visqueuse que ce serait galère à mettre sur les joints qui cette fois seront verticaux. La résine, elle coulera naturellement entre les lattes.

Pour la pose des 4 premières lattes, je suis le bordé. Cela donne de longues découpes en sifflet à chaque extrémité. Je vais monter comme ça jusqu’à l’hiloire, et ensuite, je partirai avec des lattes parallèles à l’axe longitudinal et depuis le centre, vers l’extérieur.

Lundi 7 Juin.

Démontage des pinces, serre-joints, agrafes.

Puis réalisation des scarfs pour les prochaines lattes. J’aurai dû faire cela hier, pour pouvoir utiliser les lattes aujourd’hui…mais hier c’était Dimanche! Et la ponceuse à bande+l’aspirateur en même temps, c’est un peu bruyant! Ce sera demain. Donc cette après-midi, esquimautage.

Mardi 8 Juin.

Grosse journée aujourd’hui.

J’ai posé les lattes préparées hier. 2 lattes de chaque coté, parallèles au bordé. Ensuite je suis reparti d’une latte centrale, pour ensuite poser 2 lattes parallèles maintenant à l’axe du kayak. Présentation de l’hiloire pour voir où forcer les lattes vers le bas après le couple numéro 7, le dernier couple arrondi. A voir sur les photos de la journée. Collage en fin d’après-midi à la résine époxy. Les sifflets des lattes étaient déjà pointés, à la colle cyano.

Vendredi 11 Juin.

Belle avancée sur le pont…puisque les dernières lattes sont en place. Encore beaucoup de sifflets découpés. Essai avant collage à l’époxy des systèmes de contraintes. Sandows, et poids.

Les lignes du pont sont superbes. Tout en courbes.

Samedi 12 Juin.

Ce matin de bonne heure, j’ai enlevé les systèmes de contrainte, et commencer à retirer toutes les agrafes….Pas si facile que ça. Ils y en a beaucoup, certaines sont très enfoncées et collées par l’époxy…et malheureusement certaines cassent en les retirant. Donc une fois cassées, elles sont un peu galère a retirer. D’ailleurs je n’ai pas pu en enlever une dizaine! Mais j’ai réussi à « démouler » le pont en procédant tranquillement, et là, j’ai pu les retirer facilement par en dessous!

Ensuite gros travail de ponçage. J’ai fait cela à l’orbitale, grain 40, pour dégrossir, puis 80.

Ensuite j’ai utilisé un racloir pour faire filer toutes les lignes. Ca marche parfaitement.

Et ensuite une couche d’époxy colorée en rouge pour saturer le bois en surface avant la stratification. 70g on suffit! Pose d’une déco Black Pearl , qui apparaîtra en transparence à travers le tissu, tout comme les lattes du pont.

Lundi 14 Juin 2021.

Après une bonne session d’esquimautage ce matin, retour sur le chantier.

Ce sera une deuxième couche de résine époxy colorée, pour supprimer la trame du tissu de verre. Epoxy non diluée.

Le résultat est correct, même si une dernière couche diluée serait nécessaire. Mais plus tard car il y a encore du boulot sur le pont, et de gros risques de rayures. Ce sera fait plus tard, avant l’assemblage coque pont.

J’ai aussi stratifié le redan qui accueillera la trappe avant sur le pont bombé. Je dois en faire un aussi pour la trappe arrière, mais c’est beaucoup plus simple, puisque le pont est plat. Le moule est fait avec de la mousse styrofoam avec du scotch orange dessus. La résine ne colle pas sur ce scotch.

15 Juin 2021.

Aujourd’hui, grosse journée. Travail sur l’intérieur de la coque

J’ai commencé par suspendre le pont au plafond, pour pouvoir travailler dans la coque. Il va falloir enlever toutes les bavures de colles, ainsi que les morceaux de bois qui ont servi à faire la forme de l’étrave et de la poupe. Gattoir pour enlever la colle, puis racloir et rabot pour lisser les lattes, et ensuite ponçage.

Pour l’étrave et la poupe, défonce du bois avec un forêt à lamage, puis ciseau à bois et pour finir lime électrique! Du boulot mais au final c’est pas mal. Demain congé époxy; à l’étrave et à la poupe ainsi qu’au bouchain de coque et imprégnation d’une couche de résine, dans toute la coque.

Mercredi 16 Juin 2021.

Après mon cours de yoga, ce matin (Il faudra être souple pour entrer dans un Black Pearl…); cette après-midi, travail dans la coque. Saturation légère du bois dans toute la coque, avec collage des marquages internes. Impression sur papier japonais. Tout sera noyé sous la stratification, mais visible!

Ensuite remplissage étrave et poupe à l’époxy,le long du barreau de bois longitudinal restant puis joint congé tout le long du bouchain de coque.

Jeudi 17 Juin 2021.

Ce matin, ponçage de tout l’intérieur de la coque, à la main, en insistant sur l-étrave, la poupe et les joints congés. Nettoyage, un peu d’acétone pour être nickel, et ensuite, déroulement du rouleau de tissu sur la coque.

Il faut ensuite bien positionné le tissu, au fond de la coque pour préparer la stratification.

Stratification, avec un pinceau pour mouiller le tissu dans l’étrave, puis rouleau.

Ensuite, alternance entre la spatule caoutchouc et le rouleau. Une bonne heure pour faire toute la coque. Il faut avoir un peu de savoir faire, pour travailler rapidement. Ce n’est pas toujours évident de mouiller le tissu le long des parois presque verticales de la coque.

J’ai aussi remis un tissu, sur la pièce qui va servir à fixer la trappe avant.

J’avais hier au préalable; réenduit et reponcé cette pièce, car l’aspect ne me plaisait pas.

Une fois la résine en phase de gel, j’ai arasé les bords, puis remis une couche de résine diluée, à l’intérieur de toute la coque, pour lisser et atténuer la trame du tissu. C’est juste cosmétique, et ça n’ajoute que très peu de poids, à peine 70g.

Vendredi 18 Juin.

Ce matin, travail sur l’intérieur du pont. Rabotage des inégalités entre lattes, ponçage et saturation du bois avec une fine couche d’époxy.

Cette après-midi, la résine étant suffisamment « prise », j’ai décidé de stratifier directement.

Stratification à la spatule. Pas de souci. En fin d’après midi, une fois la résine en gel, j’ai arasé les bords et retourné le pont dans le bon sens, pour qu’il finisse sa polymérisation , dans la bonne forme. Le pont est posé sur un polyane, donc pas de risque que cela accroche à la coque.

Dimanche 20 Juin 2021.

Aujourd’hui, découpe de l’emplacement du cockpit. Après traçage, découpe aisée à la scie sauteuse.

Ensuite, un long travail d’ajustement pour caler l’hiloire. Ensuite découpe de l’hiloire suivant la ligne de pont.

21Juin 2021.

C’est l’été! On ne dirait pas, car il ne fait pas très beau…

Découpe de la planche préparée la veille, pour faire le chapeau d’hiloire, puis collage en place avec un gros joint congé époxy.

Ensuite découpe et ajustement de la cloison, derrière le cockpit. Collé avec joints congés époxy.

En fin d’après-midi, j’ai pu coller l’hiloire au pont. Demain, il faudra finir de le mettre en forme définitivement.

Mardi 22 Juin 2021.

Ce matin, gros travail de mise en forme de l’hiloire. La défonceuse a bien travaillé, pour arriver à un beau résultat. Fraise à araser et fraise pour congé arrondi ont été nécessaire. Découpe sous le pont, et ponçage à la main. Cette après-midi, stratification…..pas facile à mettre le carbone. Il est un peu sauvage!

J’ai utilisé, du carbone en tresse cylindrique et refendu dans le sens de la longueur pour le posé d’un seul morceaux, puis des morceaux de sergé 162g/m2, pour forcer un peu le carbone dans tous les arrondis. Galère, mais j’ai fini par y arriver!

Mardi 23 Juin 2021.

Aujourd’hui, j’ai décidé de travailler sur l’installation des trappes.

A l’arrière, c’est facile, le pont est plat. J’ai pris le parti de juste faire un trou, et de poser la trappe dessus. C’est une trappe extrêmement basse. Elle sera collée et fixée avec des vis dans des inserts inox.

C’est ballot, mais on a toujours une petite appréhension, lorsque que l’on doit tailler dans son travail précédent…Bon, il faut y aller, et la scie sauteuse, n’hésite pas!

Voila, c’est fait.

Pour la trappe avant, je dois d’abord fixer la pièce fabriquée précédemment. C’est du travail d’ajustage, mais cela se fait petit à petit. Ensuite collage à la résine épaissie et colorée en rouge.

Ce matin, j’avais poncé l’hiloire, en vue d’une finition plus élaborée. J’ai fait un joint congé en dessous et passé de la résine colorée en noir pour faire la liaison avec le pont.

Cela fut fait en fin d’après-midi. J’ai retiré les scotchs une fois la résine déjà un peu en prise, pour éviter les coulures. C’est plus propre.

24 Juin 2021.

Aujourd’hui, découpe de la pièce qui va recevoir la trappe avant. Avec le bon outil ça va tout seul!

Ponçage et ajustement. Ensuite perçage des trous pour les inserts des trappes et supports GoPro.

Collage à la résine épaissie et colorée rouge.

Ce soir, dessin, puis impression 3D des bouchons d’inserts. Ceux ci ne sont pas borgnes. Il suffira de les coller à l’époxy, pour avoir un système étanche.

Vendredi 25 Juin 2021.

Ce matin, finition sur les inserts. Ponçage de la résine, le long du support de trappe avant et ajout d’un joint congé, et d’un tissu pour la reprise avec le pont.

Ensuite pose de renforts carbone au niveau du cockpit et en avant de ce dernier, ainsi que en arrière.

Collage des bouchons d’inserts imprimés 3D hier.

Cette après-midi, choix du positionnement de la cloison avant, et fabrication de celle-ci, avec collage d’un renfort massif pour appuyer les pieds. Elle sera fixée demain.

Samedi 26 Juin 2021.

De bonne heure, ce matin, j’ai décidé de tester la position de ma cloison avant, pour vérifier mes mesures, par rapport à mes jambes. J’ai donc collé provisoirement à la colle à chaud, cette cloison.

Puis coque du kayak et pont , sont posés à terre, pour que je puisse tester. Première bonne impression, je rentre facilement dedans. Plus facilement que dans mon Ilaga. Ensuite, j’ai testé en me reculant ou m’avançant au maximum dans le cockpit, comment étaient mes pieds par rapport à la cloison. Hé bien, c’est parfait!

Je vais pouvoir la coller définitivement. C’est ce que j’ai fait en fin d’après-midi.

Avant j’ai positionné les fixations type Marosque, sur le pont. Perçage puis collage de scotch, pour pouvoir remplir ces trous de résine. Ainsi, il n’y aura pas de bois en contact avec l’eau.

Dimanche 27 Juin 2021.

Ce matin, remplissage de résine colorée dans les trous faits hier.

Ensuite je vais repercer au diamètre du tuyau, qui va servir à faire les fixations.

Cette après-midi, pose de la serre bauquière. J’ai aussi stratifié un ruban de kevlar sur le renfort de cloison, où appuient les pieds, pour éviter l’usure.

Lundi 28 Juin 2021.

Ce matin, une fois, les pinces à linge retirées, j’ai raboté la serre bauquière avec le bon angle suivant la forme du pont.

Ensuite perçage de la résine ayant rempli les trous pour les fixations type Maroske.

Pose des tubes avec un sandows à l’intérieur, pour éviter qu’ils ne s’écrasent. Ensuite j’ai recouvert le tube avec de la résine épaissie.

Le super truc, c’est le lissage de cette forme avec un doigt dans un gant et trempé dans de l’alcool. Ca marche super bien, et on forme comme on veut tout en ayant une surface parfaitement lisse.

Cette après-midi, j’ai pu stratifié ensuite directement.

Mardi 29 Juin 2021.

Aujourd’hui, stratification d’un renfort au niveau des talons dans le cockpit, pour prévenir l’usure dû aux frottements répétées au même endroit. Puis époxy sur la serre-bauquière.

Ensuite, le jeu des tuyaux à retirer….Au début ça ne venait pas du tout! Mais il faut attraper la technique. Tourner sur lui-même le tuyau de chaque côté du « Maroske », pour décoller au maximum le tuyau, ensuite tiré le tuyau assez fortement d’un coté et le couper au cutter. Il va rentrer d’un seul coup lorsque c’est tranché. Ce petit choc de retrait, est salutaire pour le décollement. Ensuite, avec la pince qui prend appui sur un martyr en bois, tirer le tuyau en l’enroulant sur la pince…et miracle ça vient gentiment!

Eusuite reponçage de tout le pont.

1er Juillet 2021.
 
Fut célébrée, ce matin,
En la chapelle Sarrasin,
L’éternelle union,
De la coque et du pont!
 
Heureusement que j’avais commandé du durcisseur chez Sicomin à prise très lente(temps de prise 2h37mn au lieu des 37mn habituelles), car c’est très long à mettre en place la résine épaissie sur tout le pourtour du kayak, et sur les cloisons.
Ensuite il faut mettre toutes les sangles en place. Donc tout ça prend du temps, mais c’est fait.

Vendredi 2 Juillet 2021.

Ce matin, retrait de toutes les sangles, et poids divers.

Ensuite, j’ai arasé le pont, pour faire filer avec la coque. Rabot électrique pour dégrossir, puis à main, puis ponceuse orbital et papier de verre.

Puis cette après-midi, retournement de la coque, pour en entrant à l’intérieur du cockpit, faire les joints congés de la cloison avant et arrière. Par le trou de trappe avant, j’ai réussi tant bien que mal, à lisser un joint congé. C’est un peu en aveugle, avec la main, puis je peux jeter un oeil ensuite pour voir si c’est bien fait. Pas trop mal.

Prochaine étape, une bande de tissu pour renforcer par l’extérieur la liaison pont-coque.

Dimanche 4 Juillet 2021.

Dernière stratification, sur le kayak.

Pose d’un ruban verre, pour faire la liaison extérieure coque-pont.

Préparation avec des scotchs. Pose d’un premier scotch, bien le long de de la liaison coque pont. Pose d’un deuxième scotch tangent au premier, puis retrait du premier. J’ai ainsi une délimitation bien parallèle à la ligne coque-pont. J’ai rempli les filetages des inserts « Gopro », à la cire de bougie pour éviter que le résine ne bouche le trou.

Pose du ruban, avec de la résine tintée noire.

Ensuite quand la résine commence à prendre retrait du scotch de délimitation. Le résultat est propre.

Lundi 5 Juillet 2021.

Ponçage à la main de toute la coque. Aspirateur, nettoyage à l’acétone.

Puis vernis époxy anti UV, passé à la brosse.

Mardi 6 Juillet 2021.

Ce matin, vernis époxy (toujours le Top Clear de chez Sicomin)sur le pont. Quelques préparation, puis action.

Le vernis prend très vite, et la première couche, n’est pas parfaite.

30mn plus tard, deuxième couche. C’est mieux!

Cette après-midi, le vernis est sec. Peut être pas à coeur, mais je peux travailler en faisant attention.

Pose d’un filet blanc de décoration, puis de l’accastillage. Trappes, support pagaies, etc…

Il restera quelques bricoles à faire.

Mercredi 7 Juillet 2021.

Sortie de chantier!

Le Black Pearl enfin dehors. Sur la balance, entièrement équipé, 14,9kg.

L’objectif 15kg ou moins est atteint.

Bon, une fois dehors, on voit mieux, les choses un peu limite en finition comme le vernis. Il y a des traces. L’idéal serait de le faire au pistolet à peinture, mais je ne suis pas assez doué. C’est pas très grave, ça ne l’empêchera pas de naviguer! Et puis les premières rayures vont vite venir!

2 mois de boulot pratiquement jour pour jour.

Dimanche 11 Juillet.

Modification du Black Pearl!

Après les premiers essais, tout de suite, j’ai vu que cela ne se passait pas bien….

A voir sur la vidéo:

En fait, je ne peux absolument pas me coucher, sur le pont arrière. L’hiloire est trop haut! J’ai fait un autre essai le lendemain avec diverses mousses de calage. Rien à faire!

Donc retour en atelier. J’ai sorti la scie sauteuse, pour faire sauter l’hiloire, et je vais tenter de le baisser au niveau du pont arrière.

Fabrication, d’un gabarit pour prendre la forme que devra avoir cette nouvelle pièce composite.

Pas évident, car l’hiloire est en forme, mais ça avance doucement.

Mercredi 15 Juillet 2021.

Stratification carbone, dans le moule.

Une fois la résine en gel, j’ai mis en place l’hiloire protégé par du scotch « orange », afin d’avoir la forme de ce dernier, pendant la prise définitive de la résine.

Dimanche 17 Juillet 2021.

Les travaux ont continué, chaque jour un peu plus. C’est assez long, de tout ajuster.

Une fois la résine prise, j’ai arasé et poncé la pièce, puis ensuite j’ai scellé les 2 parties avec un petit ruban carbone.

Nouvelle présentation et arasement de la pièce pour que ça se raccorde bien avec le pont du kayak, en gardant l’arrière de l’hiloire au niveau du pont.

Essai d’accrochage du tuiliq, à un endroit c’est un peu juste, donc je vais élargir le passage.

Découpe de pinces dans la pièce et écartement avec des cales de bois. Un tissu par l’extérieur va figer la position.

La pièce en carbone, prête à boucher le trou dans le kayak!

Lundi 19 Juillet 2021.

Après quelques ajustages hier, ce matin collage de la pièce avec l’hiloire dans le kayak.

Collage à la résine époxy chargée et teintée rouge. Mise de niveau et blocage en place avec un tasseau et un sandow passant sous la coque.

Mardi 20 Juillet.

Ce matin, ponçage pour mettre à fleur un peu partout de la pièce collée hier.

Cette après-midi, un liseret de résine « noire », améliore la finition.

Dernière étape avant une petite couche de vernis.

Mercredi 21 Juillet.

Ce matin ,vernis et remontage accastillage pagaie.

Jeudi 22 Juillet 2021.

Sortie de chantier!

Ce matin, le Black Pearl V2 est sorti d’atelier, et mis aussitôt à l’eau, au trou d’eau du Pradic, pour ne pas attendre la marée! C’est déjà beaucoup mieux, pour s’allonger sur le pont. Cela me semble également un peu plus facile de se glisser à l’intérieur avec l’angulation nouvelle de l’hiloire.

A voir en photos et vidéo.